e-PressAfrica
African online press portal.

Innovation technologique : un petit génie invente l’emploi du temps smart pour l’école ivoirienne

www.afrikafreelance.com

Emmanuel ADJE, est un jeune ivoirien de 32 ans. Originaire de la région de l’iffou (Daoukro), il s’est très tôt engagé dans l’innovation technologique. Parce que déjà au lycée, étant président du club informatique, il menait des activités visant à projeter les potentiels axes de l’avenir technologique de la Côte d’ivoire. Alors après le baccalauréat, par la force des choses il s’inscrit en faculté de Musique et musicologie. Tout en gardant en arrière-plan le cap fixé sur l’innovation Technologique. Au jour d’aujourd’hui, il possède trois (03) certifications internationales en informatique et un Master en Musicologie. Ce petit génie qui a développé un emploi du temps intelligent et une horloge électronique pour siffler la fin et les début des cours pour apporter une aisance au fonctionnement de l’école ivoirienne, nous en dit plus sur ces inventions.

INTERVIEW

Peut-on savoir ce que vous avez pu inventer pour aider le développement de votre pays, notamment l’école ivoirienne?

Pendant l’année académique 2013-2014, étant encore étudiant en Licence 3 de Musicologie, j’ai réalisé, au sein de l’université Felix Houphouët Boigny d’Abidjan, précisément au département d’ANGLAIS, la première approche informatisée du système LMD sous la supervision du Dr Koné (Directeur du département d’Anglais en 2014).

Cette approche avait été la réalisation d’une application basée sur le concept d’un réseau social exclusivement éducatif capable de dynamiser le système universitaire en vigueur, facilitant ainsi la gestion des résultats, l’hygiène en milieu universitaire, l’impression des relevés de notes et le procès-verbal définitif. Cette année-là, du fait de l’application, plusieurs étudiants ont pu postuler à temps aux bourses étrangères internationales car les délais d’impression des relevés de notes avaient été respectés. En 2019, j’ai mis en place un module de sonnerie automatisée qui consistait à faire sonner automatiquement les sirènes en milieu scolaire en fonction des différents emplois du temps. Je rappelle que cette tâche qui, depuis toujours incombait aux censeurs des lycées et collèges, les incommodait du fait de la redondance des horaires et de leurs nombreuses charges scolaires qui nécessitaient souvent leur déplacement. Il est donc des plus qu’indispensables de la confier à une machine automatisée. En 2021, je publie donc l’application« Horarium » visant à réduire considérablement le temps et l’effort des censeurs dans la conception des emplois du temps. Aujourd’hui grâce à « Horarium », un censeur à lui seul peut concevoir correctement sans faille l’emploi d’un établissement scolaire en une seule journée et ce, peu importe la taille de cet établissement. Toutes ces innovations sont des projets consignés avec bien d’autres idées de ce genre dans le projet « ECOLE 2.0 » que je compte déployer à grande échelle en Côte d’Ivoire si les autorités m’en donnent l’occasion. C’est un projet qui va révolutionner l’école ivoirienne telle que nous la connaissons.

Qu’est-ce qui vous a motivé à plus axer vos inventions sur l’école ivoirienne et comment peuvent-elles aider ?

Etant moi-même un cadre de l’éducation nationale ivoirienne, je pense que l’école est un secteur à moderniser absolument. Il y a du travail déjà fait que je félicite, mais il y a encore beaucoup à faire. Et c’est tout cela que j’ai consigné dans mon projet pour l’essor de l’école ivoirienne. Si nous considérons l’école comme le temple du savoir, quoi de plus normal de vouloir la développer et la moderniser afin de créer un cadre diligemment professionnelle au moyen de la dynamique que peut offrir les TIC. Dans ces conditions les principaux acteurs de l’école peuvent travailler avec beaucoup plus de sérénité pour un rendement maximal.

Quel est votre souhait le plus ardent au jour d’aujourd’hui ?

Mon souhait le plus ardent est de participer au développement de mon pays à travers mes créations et mes innovations qui selon les retours qui me parviennent, ont leurs places dans le processus de développement. Sachant que le gouvernement Patrick Achi actuel fait mains et pieds pour emmener la terre d’Eburnie à bon port, nous aussi nous devons leur apporter notre soutien, non pas à travers des mots mais plutôt à travers des actions concrètes. Ce gouvernement me fait penser à l’équipe de réal de Madrid de 2005 composée des meilleurs joueurs du monde entier. Ici dans notre cas, il s’agit d’une élite de cadres issus de diverses régions de la Côte d’ivoire unis pour mener l’administration ivoirienne à une autre victoire de son histoire.

« Horarium » vise à réduire considérablement le temps et l’effort des censeurs dans la conception des emplois du temps. Aujourd’hui grâce à « Horarium », un censeur à lui seul peut concevoir correctement sans faille l’emploi d’un établissement scolaire en une seule journée et ce, peu importe la taille de cet établissement.

Emmanuel ADJE Inventeur ivoirien

www.investinblackworld.online

Concrètement comment définissez votre disposition en terme de partenariat avec le ministère de l’Education nationale ?

Dans ma position actuelle, ce n’est pas qu’un partenariat, mais plutôt un souhait. Lequel souhait est formulé à l’endroit de madame la ministre de l’éducation nationale en vue de créer les conditions, afin que je puisse me joindre à son combat pour l’essor de l’école ivoirienne. Celui de développer l’école ivorienne. Pour ma contribution, cela pourrait passer par la mise en place d’un comité de recherches avancées sur la modernisation du Ministère de l’éducation nationale. Ce comité aura pour mission de proposer des outils innovants dans les secteurs suivant :

– La gestion du personnel

– La santé des acteurs

– La sécurité des acteurs

– La qualité du service du personnel des secteurs du ministère de l’éducation nationale.

Ce serait pour moi le cadre idéal pour déployer mon projet « ECOLE 2.0 »

Un appel à lancer?

Je voudrais lancer un appel à la jeunesse ivoirienne et delà à la jeunesse africaine. En 2018, j’ai eu l’opportunité de représenter la Côte d’ivoire à un forum panafricain au Benin. A ce forum, j’ai donné une conférence intitulée « l’entrepreneuriat digital source de création de PME ». Après mon intervention, un jeune m’a posé la question suivante : « que faire lorsque nos gouvernements ne créent pas les conditions pour le développement des jeunes idées innovatrices », car pour lui le problème du sous-développement était du fait des chefs d’Etats, qui ne mettent pas assez de moyens financiers à la disposition de la jeunesse. J’ai répondu que c’était un leurre de penser que le développement d’un pays dépendait d’un chef d’Etat. C’est un niveau de compréhension obsolète que nous devons dépasser absolument. C’est plutôt l’inverse. C’est à la jeunesse de fournir des idées en présentant des solutions aux dirigeants. Et pour ça on n’a pas forcement besoin d’avoir un chèque en main pour y arriver. Pour ma part, les jeunes ne doivent pas attendre tout de nos gouvernements avant de se mettre au travail, car les gouvernements eux-mêmes attendent beaucoup de la jeunesse. Ce jour, Je leur ai demandé de travailler consciencieusement car l’excellent travail est tôt ou tard reconnu à sa juste valeur.

Réalisé par
Le Journaliste professionnel,
LORNG Esmel

Partagez
ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchGermanPortugueseRussianSpanishSwahili