e-PressAfrica
African online press portal.

Situation économique de l’Algérie : une fenêtre de tir à ne pas rater

www.eformajob.com

économie algérienne commence-t-elle à se rétablir ? Les déclarations officielles dans ce sens se multiplient et le ton est en tout cas résolument à l’optimisme.

Lors de la réunion du Conseil des ministres de dimanche dernier, le président de la République a assuré que « l’année prochaine connaîtra une amélioration des indicateurs de la performance de l’économie nationale à la faveur des réformes opérées et des mesures incitatives prises », selon le compte-rendu de l’agence officielle.

Samedi 25 septembre, Abdelmadjid Tebboune a annoncé devant les walis que cette année 2021 verra la balance des paiements retrouver son équilibre, chose qui n’est pas arrivée depuis longtemps.

Lors de la même rencontre, il a fait part d’une autre performance, celle des exportations hors hydrocarbures. Au moment où Abdelmadjid Tebboune discourait devant les commis de l’Etat, elles avaient atteint 3,1 milliards de dollars et devrait se situer entre 4 et 4.5 milliards à la fin de l’année.

Là, il s’agit carrément d’une première. Lorsque le président avait fixé en août 2020 l’objectif d’exporter pour 5 milliards de dollars en 2021, beaucoup avaient exprimé leur scepticisme et le chef de l’Etat n’a pas manqué de le rappeler, dénonçant un manque de confiance dans les capacités du pays.

Cet optimisme n’est pas infondé. Les prix du pétrole et du gaz, principales ressources du pays, ont remonté sensiblement ces derniers mois après le creux de la crise sanitaire. L’or noir a franchi lundi la barre des 82 dollars, au plus haut depuis trois ans.

Avec une Opep+ réticente à relever sensiblement les plafonds de production, l’embellie est appelée à durer. Des analystes prévoient un baril à 90 dollars avant la fin de l’année.

 

La première conséquence directe pour l’Algérie de la hausse des prix de l’énergie sur les marchés internationaux sera la reconstitution du matelas de réserves de change, ou du moins son maintien à son niveau actuel qui est déjà appréciable (44 milliards de dollars en juillet dernier, selon le président Tebboune).

Une embellie qui tombe à pic 

Les performances annoncées tombent à point, car les déséquilibres macroéconomiques se sont aggravés pendant la période difficile de la crise sanitaire et de la baisse des prix des hydrocarbures.

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de le noter dans le rapport de sa mission en Algérie. Le FMI pointe le creusement des déficits budgétaires intérieur et extérieur, la contraction de la croissance de 4.9% et la baisse des réserves de change qui sont passées de près de 63 milliards de dollars en 2019 à un peu plus de 48 milliards à fin 2020. Pour résumer, le rapport souligne que la « baisse concomitante de la production et des prix du pétrole ont eu de graves répercussions sur l’économie ».

La mission du FMI, qui a séjourné en Algérie au titre de l’article IV de ses statuts, a mis en garde contre « la persistance de déficits budgétaires élevés à moyen terme » qui, selon elle, « engendrerait des besoins de financement sans précédent, épuiserait les réserves de change, et présenterait des risques pour l’inflation, la stabilité financière et le bilan de la banque centrale ».

L’Algérie aurait pu tirer profit encore plus significativement de l’envolée actuelle des prix de l’énergie sans le recul de sa production de pétrole et les contrats long terme de livraison de son gaz. Après les décisions de la réunion de l’Opep+ lundi 4 octobre, le quota de l’Algérie passe à 942 000 barils/jour en octobre et à 952 000 barils/jour en novembre.

L’embellie reste néanmoins la bienvenue et permettra au moins d’atténuer les déficits, à défaut de les résorber dans l’immédiat. Le reste dépendra de la politique qu’entreprendra le gouvernement, dans une conjoncture marquée par une inflation qui met à rude épreuve le pouvoir d’achat.

www.investinblackworld.online

Au cours de la réunion du Conseil des ministres de dimanche, le président a donné ses premières instructions concernant la Loi de finances 2022. Hormis la mise en œuvre de l’impôt sur la fortune, elles vont toutes dans le sens de plus de dépenses et moins de rentrées pour l’Etat, comme la réduction du taux de l’Impôt sur le revenu global (IRG), le relèvement du point indiciaire de la Fonction publique, de nouvelles facilités pour le logement…

Ces mesures sont compréhensibles au vu de la dégradation du pouvoir d’achat de larges franges de la population et du danger que cela fait planer sur la paix sociale. Elles ne sont du reste pas déterminantes pour la performance globale de l’économie, plutôt tributaire de la relance de l’industrie pétrolière et gazière et de l’investissement productif hors hydrocarbures.

L’une des principales raisons du déclin de la production algérienne de pétrole, c’est la réticence du capital étranger à investir dans le pays. Une nouvelle loi sur les hydrocarbures a été adoptée dans l’urgence, en pleine période de transition, à l’automne 2019, avec l’objectif d’attirer des investissements, mais ces derniers se font toujours attendre. Il semblerait que les lois d’application du nouveau texte ne soient toujours pas élaborées. De même que le code des investissements, censé améliorer le climat des affaires en Algérie.

Des réformes indispensables

L’énergie et certains secteurs à fort potentiel de croissance, dont l’agriculture, le tourisme et quelques filières industrielles, sont érigés en priorité, suivant le plan d’action du gouvernement adopté en septembre par les deux chambres du Parlement.

Le même plan définit les actions à mener pour permettre à ces secteurs et à l’ensemble de l’économie de décoller, soit la mise à niveau du système bancaire et financier, la numérisation, l’amélioration de l’attractivité du climat des affaires à travers notamment l’adoption d’un  nouveau code des investissements, de nouvelles lois pour le foncier…

Bref, l’Exécutif ambitionne de mettre en œuvre toutes les réformes envisagées depuis au moins deux décennies mais à chaque fois ajournées par la faute d’un climat social menaçant, de caisses vides ou de volonté politique insuffisante.

Après la très dure épreuve traversée ces deux dernières années, et même depuis la chute des prix du baril en 2014, l’Algérie n’a plus le droit de tergiverser. Son salut passe par la relance de l’activité créatrice de richesses qui, elle, est tributaire du succès des réformes citées. Avec l’amélioration annoncée des indicateurs et l’embellie effective des prix des hydrocarbures, une fenêtre de tir se présente et le gouvernement ne doit pas la rater.

Outre cette révolution souhaitée dans les textes et les mentalités, l’Exécutif est aussi appelé à résoudre la question pendante de la dépénalisation de l’acte de gestion. De l’avis même du gouvernement, les grandes enquêtes anti-corruption lancées en 2019 et l’incarcération de plusieurs ex-hauts responsables politiques et hommes d’affaires ont plombé la décision économique dans un pays à forte tradition orale dans la transmission des instructions.

En dépit des assurances du chef de l’Etat, et de ses instructions au gouvernement, les cadres de l’Etat, les gestionnaires des entreprises publiques ainsi que les chefs d’entreprises sont toujours réticents à prendre des décisions pour les premiers et à investir pour les seconds.

Les décideurs ont tout simplement peur d’aller en prison parce qu’ils ont signé un document, paraphé un accord ou octroyé un crédit bancaire à des investisseurs. C’est le principal problème que le gouvernement doit résoudre pour relancer l’économie.

Le gouvernement est aussi appelé à plus de dialogue social avec les partenaires sociaux et économiques, et à éviter le piège de l’obsession de préserver les réserves de change et de courir derrière une balance commerciale excédentaire.

Pour ne pas se voiler la face, les performances réalisées dans ce registre l’ont été au prix d’entraves directes à la relance de l’économie, comme le blocage total de l’importation de plusieurs produits dont les véhicules. Il y a une règle immuable dans l’économie mondiale que les dirigeants algériens ne sont pas censés ignorer : les premiers exportateurs sont aussi les plus gros importateurs.

Source: TSA ALGERIE

Partagez

Les commentaires sont fermés, mais trackbacks Et les pingbacks sont ouverts.

ArabicChinese (Simplified)EnglishFrenchGermanPortugueseRussianSpanishSwahili